Témoignages

L’implication syndicale : porte d’entrée pour l’intégration

Almir Vukovic, boucher de formation, est originaire de Bosnie-Herzégovine. Il est arrivé au Québec, le 18 janvier 2000, accompagné de ses parents et de ses deux frères cadets. Avant même qu’il arrive au Canada, Almir était déjà familier avec le sentiment de déracinement. En effet, il a vécu avec toute sa famille l’expérience de migration à l’intérieur de son propre pays, en raison de la guerre qui s’y est déroulée. Tout en cherchant un lieu d’accueil pour tous les membres de la famille, ses parents décident alors de faire les démarches pour migrer au Canada. 

Almir arrive donc à Joliette accompagné de toute sa famille. Ceux-ci sont alors accueillis par le Comité régional d’éducation pour le développement international de Lanaudière (CRÉDIL) qui les aide à trouver un logement et à faire toutes les démarches formelles. Un des premiers défis pour Almir, et pour sa famille, est l’apprentissage de la langue française. 

Nouveaux outils, nouvelles expériences de vie

Maintenant armé de ce nouveau savoir, une connaissance du français, Almir décroche son premier emploi au mois de novembre 2001 chez « Les Viandes Ultra Meats inc », aujourd’hui « Olymel » à Saint-Esprit. Son intégration dans ce nouveau milieu ne fut pas des plus faciles. 

« Au début, ma connaissance du français ne me permettait pas de communiquer avec les autres travailleurs et travailleuses de l’usine. Je comprenais ce que les gens disaient, mais il m’était difficile de m’exprimer. Pour cette raison, je me sentais à l’écart. »
 

À mesure que ses habiletés de communication s’améliorent, Almir s’implique dans les activités de son milieu de travail. Pour tenter de connaître les mœurs et coutumes de son nouveau milieu, Almir, qui ne connait rien à la vie syndicale, décide d’assister aux assemblées syndicales. Grâce à son implication, il prend, peu à peu, connaissance des lois et règlements qui protègent les travailleurs et les travailleuses au Québec. Ces nouvelles connaissances l’incitent alors à s’impliquer davantage dans la vie syndicale de sa section locale où il se sent bien accueilli. 

Grâce à son implication et à son engagement, il est élu une première fois à titre de suppléant du délégué de département de sa section locale, 1991-P des TUAC. En 2005 il est finalement élu délégué de département. Tout en suivant les diverses formations syndicales données par la FTQ, il poursuit son implication à titre de suppléant d’officier de griefs et tout récemment, d’officier du comité de négociation pour le renouvellement de la convention collective. 

« Je suis fier de découvrir le monde syndical et d’y participer. Avant mon arrivée, je n’y connaissais rien. On ne nous l’enseigne pas à l’école et je n’avais pas d’expérience de travail dans un environnement syndiqué. »
 

Almir est un exemple de plus que des travailleurs et travailleuses issus d’origines diverses participent aux objectifs que nous nous sommes donnés : accueillir et intégrer les personnes immigrantes dans nos milieux de travail. Par son intégration et son implication dans la vie syndicale, il participe de manière active à la défense de la justice et de la démocratie sociale. 

Bon succès à Almir, ainsi qu’à toute son équipe de négociation. Nous sommes convaincus que leur détermination leur permettra d’atteindre leurs objectifs.