Langue du travail

Francisation des immigrants au Québec : Un enjeu crucial pour 76% des Québécois révèle un sondage Léger

MONTRÉAL, le 23 avril 2018 /CNW Telbec/ - La Fondation Lionel-Groulx et le Mouvement national des Québécoises et Québécois (MNQ) dévoilent aujourd'hui les résultats préoccupants d'un sondage sur la francisation des immigrants réalisé par la firme Léger du 23 au 26 mars dernier, auprès d'un échantillon représentatif de 1021 résidents du Québec. En novembre dernier, la vérificatrice générale du Québec rapportait que la francisation des immigrants était un véritable échec.

Entretien avec Louise Beaudoin et Liza Frulla

Louise Beaudoin a été responsable de plusieurs ministères entre 1994 et 2003 pour le gouvernement du Québec, elle a notamment accepté les postes de ministre de la Culture et des Communications, et ministre des Relations internationales. Très active dans les dossiers culturels, elle a travaillé à la préparation de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, ratifiée par l’UNESCO en 2005.

Semaine du français 2018

La prochaine semaine du français au travail se tiendra
du 19 au 23 mars prochain.

L’exigence de l’anglais frustre des immigrants francophones

Des immigrants francophones, attirés au Québec par la possibilité de pouvoir travailler en français, découvrent que plusieurs emplois exigent une connaissance fonctionnelle de l’anglais.

Dans la capitale, Québec, comme à Montréal, des immigrants francophones peinent à se trouver du travail parce qu’ils ne parlent pas l’anglais. Le gouvernement, disent-ils, aurait dû les aviser avant leur venue de l’importance de la langue de Shakespeare sur le marché du travail au Québec.

Le français, notre affaire!

Le ministre Luc Fortin présente la Stratégie partenariale de promotion et de valorisation de la langue française 2016-2021
 

Ferries : le français comme langue de travail obligatoire à bord ?

La CFE-CGC, par la voix de Patrice Le Vigouroux, estime que la France a les moyens d’imposer le français comme langue de travail à bord des ferries. Un gage de sécurité selon lui.
La fédération transports CFE-CGC devait être reçue ce 2 juin par le cabinet du secrétaire d’Etat Alain Vidalies mais le rendez-vous a été reporté à la dernière minute. Membre de la délégation, le secrétaire général du syndicat des officiers, Patrice Le Vigouroux, estime que la France a les moyens d’imposer le français comme langue de travail à bord des navires en cabotage national.

La bouillie pour les chats

Il vaut mieux avoir une mauvaise excuse que pas d’excuse du tout, dit un proverbe anglais, mais il y a des excuses qui sont encore plus mauvaises que d’autres.

La CSN tient sa Rencontre annuelle sur la francisation

Cette année encore, la CSN invite ses membres à participer à la Rencontre annuelle sur la francisation en milieu de travail qui aura lieu le 20 mai prochain à l'hôtel Gouverneur Place Dupuis (Montréal).

Air Canada : les bagagistes veulent un appareil en français

Alors que le commissaire aux langues officielles tapait récemment sur les doigts d’Air Canada concernant son manque d’efforts en matière de bilinguisme, un outil de travail disponible uniquement en anglais fait des mécontents à l’aéroport Pierre-Elliott Trudeau, a appris 24 Heures.

Les préposés aux escales travaillent quotidiennement avec un scanneur pour gérer les vols et les bagages à l’aéroport, mais le logiciel affiche l’information seulement en anglais.

La francisation : un processus continu

François Nadeau, responsable de la promotion du français au travail pour la section locale 501 des TUAC, est aussi membre du comité de francisation de l’entreprise Élopak Canada depuis une vingtaine d’années. Au fil des ans, relate-t-il, « j’ai pu suivre de près le parcours de la francisation jusqu’à l’obtention du  certificat de francisation, en 2004.