Ailleurs dans la Francophonie

Vendredi, 16 Juin, 2017

Auteurs : Catherine Détrie, Paul Siblot, Bertrand Verine et Agnès Steuckardt (dir.)Maison d'édition : Honoré ChampionAnnée : 2017
Quinze ans ont passé depuis la première édition de Termes et concepts pour l’analyse du discours: une approche praxématique. Cette nouvelle édition, avec trente-deux entrées supplémentaires, de nombreux articles réécrits, une bibliographie actualisée, fait le point sur une discipline qui a fait évoluer ses concepts théoriques, ses méthodologies, ses observables.

Jeudi, 15 Juin, 2017

L’Association canadienne-française pour l’avancement des sciences (Acfas) a été fondée le 15 juin 1923. L’Acfas, qui s’appelle maintenant l’Association francophone pour le savoir, organise depuis 1933 le plus important événement scientifique multidisciplinaire, interuniversitaire et intersectoriel de la francophonie.Pour connaître d’autres dates qui ont marqué l’évolution de la langue française sur le territoire du Québec, consultez la publication La langue française au Québec. 400 ans.

Droit de travailler en français

Un droit qui n’est remis en question
 
La plus récente jurisprudence concernant le droit de travailler en français au Québec ne remet pas ce droit en question, a défendu le premier ministre hier, au Salon bleu. Même si les tribunaux ont jugé que si des employés occupent des postes où ils sont appelés ou peuvent être appelés à faire affaire avec une clientèle parlant anglais, l’employeur peut exiger qu’ils soient bilingues ou anglophones, Philippe Couillard refuse de parler d’affaiblissement de la Charte de la langue française.

Loi 101: le PQ agite les «chiffons» identitaire et linguistique, dit Couillard

Le Parti québécois (PQ) agite les « chiffons » identitaire et linguistique, a lancé mercredi le premier ministre Philippe Couillard, en marge de la présentation d’un projet de loi péquiste qui vise à modifier la Charte de la langue française.

Effritement des communautés anglophones au Québec: la défense du français doit primer, dit Lisée

Même s’il est «sensible» à la protection des minorités anglophones, le Parti québécois croit qu’il faut avant tout s’inquiéter du sort de la langue française au Québec.
 
«Il y a un danger qui est beaucoup plus grand pour la majorité francophone [que pour la minorité anglophone québécoise]», a indiqué le chef péquiste Jean-François Lisée, en point de presse, mardi.