Nouvelles

Francisation: les immigrants «entre deux feux»

Les données alarmantes reflètent un marché du travail anglicisé, disent des intervenants
 
On ne peut rendre les immigrants responsables du déclin de la langue française à Montréal et du fait qu’elle peine à s’imposer comme langue commune.

100 jours pour ne plus faire de fautes

Lexicographe et grammairienne, Bénédicte Gaillard a écrit plusieurs ouvrages traitant des difficultés de la langue française. Sa méthode d’enseignement est bien différente de celle que nous rencontrons habituellement; elle privilégie l’analyse et la compréhension des règles plutôt que la méthode de la mémorisation, communément dite «par cœur».

La vraie menace pour le français

L’une des grandes fictions que les francophones entretiennent, c’est de croire que l’anglais est une menace pour le français. Il n’y a rien de plus faux. D’ailleurs, l’anglais ne menace pas non plus l’espagnol, l’allemand, l’arabe, le mandarin, le japonais, le lakota ou le navajo.

La principale menace pour une langue, quelle que soit sa taille, c’est le manque d’ambition et de vision de ses locuteurs pour eux-mêmes et pour les autres. C’est cela qui a menacé, menace et menacera la langue française.